• Alors que je réfléchis activement à l'avenir de La Muse Gueule tel un feu que je surveille attentivement - dois-je le laisser s'éteindre ? Continuer de souffler seule dessus pour maintenir des braises ? Chercher d'autres souffleurs pour faire surgir de nouvelles grandes flammes ? - Bref, ça fume là-haut... ^^

    Alors que je pensais à tout cela, je décide de faire un tour sur les sites de mes collègues libraires pour apprendre de leur expérience, voire les questionner sur leur(s) méthode(s) de survie. Mais comment font-ils ?!

    Et là, horreur !  Je découvre avec effroi qu'une des librairies, La Soupe de l'Espace, à qui j'allais demander conseil, se trouve précisément en grande difficulté et se retrouve face au mur, ou plutôt face au banquier tenant un seau d'eau tout prêt à éteindre leur brasier (notez ma délicatesse, j'aurais pu vous parler plus crument en mettant le banquier tout prêt à p... sur le feu, mais voyons, non, ce serait tellement manquer de respect).

    Il reste 37 jours pour aider La Soupe de l'Espace et faire que ce haut lieu de la culture, très actif dans sa ville de Hyères, persiste et poursuive son aventure. Qu'importe que la librairie ne se trouve pas dans notre ville, qu'importe qu'on n'en profite pas personnellement. en faisant un geste pour cette librairie indépendante, c'est marquer son engagement et la conscience de l'importance de l'existence de tels établissements.

    Je suis touchée, dans tous les sens du terme. Blessée. Triste. Désappointée. Certes une librairie est un commerce. Mais un commerce particulier tout de même. J'ai souvent envie de le mettre sur le même plan que le travail d'un artiste. Avec son lot de difficultés pour survivre dans ce monde. Heureusement les artistes ont (parfois) le droit à des subventions, et les libraires ont la Loi Lang qui atténue la catastrophe. Car oui, cela pourrait être pire ! Mais cela pourrait être tellement mieux aussi ! Je ne propose rien, je ne me lance pas dans un programme politique, mais voilà, ce soir, je me sens comme une gamine bégayant "c'est trop injuste".

    La seule chose que j'ai faite ce soir, c'est tenter de les aider, apporter mon soutien en tant que collègue, mais aussi en tant que lectrice, en faisant un geste sur leur collecte Ulule, en espérant qu'ils échapperont au pire, c'est-à-dire, à la fermeture pure et simple de leur librairie.

    Voici le lien, lisez leurs mots, apportez si vous le pouvez votre soutien

     

    Je ne rajouterai que ceci, leur slogan qui est tout simplement magnifique (comme je vous l'ai dit, je suis très émue ce soir) :

    "La soupe pour grandir, l'espace pour rêver "

    Soutenez la librairie indépendante !

     

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique